“Live Coding extends(Vision Factory)” Workshop

7 January 2009 at 11:56 am (3D, First ones, Hypermedia, Live Coding, openframeworks, Processing.org, School of Art)

2008 ended with style : a full week workshop around Julien V3GA‘s Vision Factory API.

LiveCoding is an extension of Vision Factory framework (used by Julien V3GA in his studio for professional purposes and for Vjing in a personal purpose) and exists in two different “beta”-versions : 
● On a single computer;
● Up to 5 computers (Up to 4 computers using Processing plus an extra one where the API actually runs).

In order to use Vision Factory, you have to edit a javascript file where you enter your code lines. When you save the javascript file, SpiderMonkey re-interprets the script and sends a “bug report” to Vision Factory. If no bugs were found, the script is validated and displayed, else the previous script is kept running and Vision Factory stands by for a new/corrected bugs-free version of the JavaScript file.

We use pre-programmed Vision Factory functions as base structures for the javascript files. The most basic ones are equivalent to the Processing‘s or OpenFramework‘s “void setup()”, “void update()” and “void draw()” functions. The init() -equivalent of setup()- is run only once, but it can be recalled in any moment by the programmer. Both update() and render() -equivalent of draw()- are loops and work like in OpenFrameworks. Here you can find some new features recently added by Julien V3GA.


Video from Julien V3GA

Another characteristic of Vision Factory is the fact that it was built on a layer structure concept. Vision Factory has a built-in OSC protocol management. It is simple to get access to layer proprieties and to change them using OSC messages. In the network version, each computer gets assigned to a layer (their javascript is assigned to the specific layer). Using several computers, each computer receives a layer, and like in photoshop, the higher layers mask the lower ones. Each computer runs a Processing client that sends the script whenever it is saved, Vision Factory receives them and treats them like the non-network version. Finally, we can control Vision Factory’s final render : splitting the screen, giving a render for each JavaScript or assembling the different layers into one unique screen, having superpositions from the different scripts.

Vision Factory is currently not released.

LiveCoding

Julien V3GA also showed us an iPhone/iPod Touch application called Mrmr that he uses when he makes some Vjing stuff. The aplication allows one to configure an interface and send data using Open Sound Control. The devices (iPhone/iPod touch) interface (multitouch screen) is highly adapted to control sound and visualization’s parameters (like a MIDI controller) with the advantage is that you can do it wireless.

Considering all this, I am more then willing to start a project to implement Open Sound Control into a Blackberry mobile phone (if someone heard about an opensource project on this direction, please leave me a comment presenting this project). The advantage of a Blackberry over other phones is the full (and comfortable) QUERTY/AZERTY keyboard. Allowing you to type fast enough to make LiveCoding. The first stage is to implement OSC, then to make a programming interface (the built-in notepad?) to finally add the command features (connect to server, reload the “setup()” function of the script, disconnect, open a script, etc).

Well, I believe that I have some work to do now…

Advertisements

Permalink 2 Comments

Bio feedback anti-stress game

9 January 2008 at 10:06 am (First ones, Games, Hybrid Workshop, Links, Un-Usual Post)

I’ve just seen at the French news a biofeedback anti-stress PC game made by SymBioFi. The game idea is quite simple: you stick some cardiac and breath sensors on specific parts of your body and plug theme into your computer: this is your control. But how can you play with this stuff on you? “Easy”: all you need to do is to control your breath and cardiac rhythms. In other words, you need to control your stress level… The less stressed you are the more points you get…

SymBioLine

SymBioLine

Besides the Zen attitude, Jedi training and therapeutic proprieties of this game, the control system seems very interesting to me. It could be used to develop games where self control is a part of the plot. For instance, in a war strategy game, if you get too stressed your leadership level decreases.

This device can although be used in some kind of interactive installation where your stress level change proprieties of the installation itself…

Since we are working with Laboratory of fictions theme in the Hybrid Workshop, this device could be part of a future project. Therefore, it deserves to be presented and to have a more serious reflexion on it.

Now that I am thinking, we could use it in sound applications too…

More reflexions coming up…

Permalink Leave a Comment

Biennial of Lyon – Part 1

25 November 2007 at 12:18 pm (Exhibition, First ones, Links)

1)General context

The Biennial of Lyon 2007 was conceived as a game with 60 curators from all over the world. Each curator had to bring the 00’s decade most representative artist according to him. The expected result from this game was to write a story of contemporary art of the 00’s decade.

2)General impressions

Reading critics in magazines I had this false vision of the biennial of Lyon. I thought, and still think, that the idea to take 60 different curators from all kind of places in the world to organize it is good, but arriving there, I realized that the biennial was seen as an artwork made by those curators. Even worse, each curators considered himself and his colleges as artists. To be clearer, for the biennial of Lyon, under the pretext that they chosen to bring those specific artists, that are, for them, representative of the 00’s unfinished decade, and that they have the ambition to write the 00’s decade history of art, they are artists. Then, I ask to myself, is every art collector an artist? Is every single person an artist when he buys an artwork?

The problem I see in this pretension, is that the fact to put an artwork in a space with no aesthetic and/or artistic reflexion and purpose can’t be considered as an artistic move. To be honest, for me it seemed that they didn’t agree on how to present the works and how to organize the exhibition space : notes and the artist name are not easy to find and to link with the works, bringing confusion and annoying visitors.

One of the most chocking miss-organization were the explicit content warnings: some of them were next to the artwork. Not that I got chocked, but I imagined a scene with a little kid looking to the artwork and starting to cry “ooops too late”, it make me laugh so much… And explicit artworks had a free access, except one : the strip tease next to Dan Graham, Dan Flavin and Larry Bell minimal art. The problem was that the room used for this artwork was kind of like a corridor. So if some underaged person (or without id) has to reach the stairs to leave the floor, it has to go all over the exhibition again to take an elevator the other side and to go on in the next floor but in the wrong way (so for a group of persons it gets annoying because everybody has to do the same in order to keep together…) really stupid.

Even more stupid, the performance is made when the stripper decides that the persons present in the room seem correct to do the strip tease… The stripper even came to tell us that she wouldn’t do the performance while we were in the room… We left the room and 5 minutes later she was ending the performance. I think this is amateur and respect-less, we’ve traveled nearly 600km in a day to see the biennial as art students and we get this kind of treatment (I felt that people in the MAC museum were really respect-less with visitors). It’s neither our nor their fault if the curators don’t know how to put the notes and put notes that are in the wrong place.

If curators want to be seen as artists, they should produce some artworks and show them, their work is to organize an exhibition. I think it’s a shame that the biennial of Lyon wasn’t well organized, it’s maybe one of the factors that made me feel like not coming back to see the part that is still missing, even if I know that I should go to see it by myself (I didn’t had time to go to the Institut d’Art Contemporain).

Now concerning the artworks, I didn’t had time to watch all the projections (same problem in Biennial of Venice, not enough time, in Venice, we had 3 days, in Lyon we had only 6 hours). So with the rush I’ve naturally selected the artworks that seemed relevant to me. Here is my personal artworks canon of the biennial of Lyon with links, arguments and critics.

Urs Fischer, invited by Massimiliano Gioni (artistic director of the Fondazione Nicola Trussardi), made an installation with a rubber bag balloon attached with a metallic rope on a broom and a metallic cannon floating like the balloon attached to an office chair.

I’ve seen, in January 2007, another of the Urs Fischer installation in the exhibition 5 milliards d’années in Palais de Tokyo (in Paris). Where two benches with a light up candle were suspended with an iron chain rotating. The melted wax designs two perfect circles making me think on an infinite symbol. Urs’ work represents circularity aspects of time and . It fits perfectly in this exhibition, since the topic was time and time relativity.

In July 2007, I’ve seen one more Urs Fischer work in Sequence 1 exhibition in Palazzio Grassi presenting François Pinault‘s collection, in Venice. A kind of memory tree where the leaves are drawings, photos and illustrations presenting the last 50 years in art.

Permalink Leave a Comment

Semaine thématique #1 – De l’objet de laboratoire au sujet social. Novembre 5 to 8 2007 – Day 1

5 November 2007 at 8:21 am (First ones, School of Art, Semaine thématique)

Thematic week turning around “de l’objet de laboratoire au sujet social” (=From the Laboratory Object to the Social Subject). Here is the programme:

Monday, November the 5th

9H30 : France Cadet. Présentation du déroulement de la semaine thématique et du stage Mormyrophone®

France Cadet

10H : Régine Debatty : “Future Body”.

Régine Debatty - France Cadet

Régine Debatty

Sa présentation abordera le corps tel qu’on le modifie déjà depuis des siècles, la manière dont les nano et biotech pourraient nous permettre d’aller encore plus loin (sera-t-on toujours des être humain ? des uper humains ? etc.) et les conséquences socio, cultu et éthiques de ce futur plutôt proche. avec exemples de travaux d’artistes et designers commentant le sujet.

Régine Debatty

14H : “Mon oncle d’Amérique”. Film d’Alain Resnais (1980)

Le professeur Laborit part de l’exemple de trois destinées pour illustrer ses théories scientifiques sur le comportement humain.

16H : Jean Cristofol : “Comportement, code et contrôle”

17H30 : Radio Grenouille. Interviews et enregistrements pour diffusions ultérieures

Permalink Leave a Comment

Let’s start, shall we?

29 October 2007 at 7:47 am (Circuit Bending Workshop, First ones, Mechatronics, School of Art)

Good morning (here it’s morning). Today we start the mechatronics workshop with Nicolas Collins, about circuit and toys bending. We had to buy some equipment: a simple radio, some simple electronic devise, a small flashlight, a 9V battery, a cutter.

I bought a tamagotshi and a talky-walk, here are the pictures before the operation.

Tous ensembles pour l'atelier mecatronique

Tamagotshi face

Tamagotshi dos

Walky-talk

Permalink Leave a Comment

Atelier Hybride

9 October 2007 at 10:20 pm (First ones, Hybrid Workshop, School of Art)

Atelier : lieu de création.

Hybride : Composé d’éléments de différentes natures.

L’atelier hybride est donc un espace pour la création basée sur la pluridisciplinarité, c’est-à-dire de l’interaction entre les différentes disciplines dans le but de s’approfondir dans un sujet.

En guise d’introduction, chaque étudiant est parti en ville pour suivre un protocole défini par lui-même afin d’observer des phénomènes de la vie courante. Voici ma partie du travail :

En marchant dans la rue je n’ai pu m’empêcher de constater qu’un grand nombre de personnes produisaient du feu. Ce geste de production de feu se fait de manière très mécanique, c’est presque devenu un automatisme. En outre du geste si familier, nous avons celui d’allumer la cigarette. Ces deux gestes m’ont captivé mon attention du fait de leur synesthésie et de leur automatisme qui leur rend paradoxalement « visible et invisible en même temps ».

1) description

2) mise en marche

3) fin de marche

4) synthèse finale

 

Allumette :

 

Deux corps, inertes, stables. L’un a une piste marron foncé, d’apparence lisse. L’allumette, avec une tête qui renferme un concentré d’énergie stockée, prête à être libérée en un court laps de temps. Une main attrape les deux corps, et d’un mouvement sec projette l’allumette vers sa boite. Au contacte, la friction, un apport d’énergie cinétique qui va déstabiliser l’équilibre fragile de la tête de l’allumette. De cette friction sort un son, le son d’une faible déflagration, sort aussi un flash de lumière, dans les tons jaunâtres. Une flamme est née. Le produit de cette violente réaction est une fumée, issue d’une combustion incomplète, à l’odeur caractéristique du bois brûlé. L’allumette se consomme jusqu’à son extinction, qui s’accompagne du refroidissement et de la fumée. Le feu a épuisé un de ses trois piliers, celui du combustible. Reste plus que bois brûlé, fumée, l’odeur de bois brulé et une trace sur la bande marron de la boitte.

 

Briquet :

 

Un corps très répandu dans le monde contemporain. Ce corps se divise en deux parties. La première est un mécanisme avec une molette et une valve contrôlée par un bouton, des fois à la place de la molette on trouve un condensateur qui fournit une décharge électrique. Le but de cette première partie est de fournir de l’énergie au système et de mélanger comburant et combustible à la juste proportion. La seconde partie, consiste en un réservoir étanche contenant du liquide inflammable (le combustible). La mise en marche passe par la mise en mouvement du mécanisme de mise à feu. Cela se fait en fonction du mécanisme, soit en tournant la molette, soit en appuyant un bouton. Une fois le mécanisme lancé, une décharge d’énergie visible à l’œil nu traverse l’air au dessus de la valve, qui est à sont tour activée. Une fois les conditions réunies nous avons une flamme qui se maintient tant que la valve soit ouverte et que la réserve de combustible soit suffisante. La fermeture de la valve coupe automatiquement la flamme. Dans ce dispositif, nous n’avons pas d’odeur particulière, sauf si l’on actionne la valve sans fournir de l’énergie. Cette fois, le dispositif producteur de feu est réglé en sorte que la combustion soit complète, d’où l’absence de fumée, d’odeur et de suie. Après utilisation, nous avons un briquet surchauffé au risque de nous bruler.

 

Cigarette :

 

Cylindre de papier contenant un filtre au bout (avec ou pas du charbon actif) et du tabac, ainsi que plus de 4000 composants chimiques différents. Pour l’utiliser, l’individu doit apporter une source d’énergie calorimétrique : une flamme. La flamme permet de démarrer la combustion du tabac, ainsi que la feuille en papier l’englobant. Pour que cette opération soit faite avec sucés, l’individu doit exercer une force pulmonaire en aspirant de l’air à travers la cigarette. En suite la cigarette est en état de combustion incomplète spontanée. C’est-à-dire qu’elle se consomme toute seule. Les motifs en forme d’anaux sur le papier de la cigarette permettent que cette consommation se fasse plus rapidement. Pour bien utiliser le produit, l’individu doit aspirer une quantité de fumée de tabac, ce qui ravive les braises et produit un bruit de faible intensité semblable à des clapotements, bruit issu des petites déflagrations des morceaux de tabac. Au touché la cigarette est douce, par contre son gout est fortement marqué et facilement reconnaissable. Sa pointe est colorée d’un rouge vif, issu de la stimulation de la matière à des températures approchant les 2000°C. La cigarette se consomme jusqu’au filtre. Une fois le filtre atteint il faut l’écraser en appliquant des forces et en l’étouffant pour la priver de dioxygène (le comburant). Une fois finie, la cigarette se ressemble à rien et l’individu aura son odeur imprégnée en ses vêtements.

Après cette brève introduction, nous avons appris que, cette année, le sujet central de l’atelier hybride tourne autour des forces du monde physique. Ce sujet est subdivisé en plusieurs thèmes spécifiques qui correspondent à un groupe d’étudiants. Je fais partie du groupe qui étudie la question du temps.

Pour démarrer, nous avons effectué des recherches sur la définition du temps et sur les artistes ayant travaillé autour de la question. Voici quelques résultats :

On_Kawara

Bill_Viola

Marcel_Duchamp

Temps

En suite nous nous sommes réunis pour chercher des expériences à réaliser pour mettre en évidence les phénomènes temporels.

Nous nous sommes donc lancés sur une nature morte composée de fruits et de légumes que nous allons prendre en photo lors du processus de leurs pourrissements, un cliché par jour. Grâce à cela nous allons pouvoir observer les effets du temps et déterminer la durée de vie des différents fruits et légumes pour la comparer avec celle des humains.

Jour 1 :
Jour-1

Jour-1-_1_

Jour-1-_2_

Jour 2 :

Jour-2

Jour-2-_1_

Jour-2-_2_

Jour 10 :

Jour-10

Jour-10_1_

Jour-10_2_

De plus nous avons cherché à faire des photographies, grâce à une pose longue, de consumations complètes par le feu. Le feu consume les différents matériaux à de différentes vitesses, la durée de la flamme varie donc en fonction du matériau. De plus, le fait d’utiliser la pose longue retire tout repère de temps, nous ne pouvons pas déterminer combien de temps s’est passé entre le début et la fin de la combustion, nous avons donc une absence de relativité et donc de temps. D’un autre coté, nous pouvons voire la photo comme étant une accumulation de tous les moments infinitésimaux qui se sont écoulés entre le début et la fin du temps d’exposition. Nous avons donc une accumulation d’une infinité de moments sur une même pose.

consumation d'une bougie test

consumation d'une bougie 1

consumation d'une bougie 2

consumation d'une bougie 3

Une autre expérience réalisée fut celle de prendre en photo des fantômes. Pour cela j’ai utilisé la pose longue et un modèle qui posa dans de différents espaces sur le même cliché. Le résultat est une ambiguïté du temps et de l’espace. En effet nous ne pouvons déterminer la position exacte du modèle, ni l’ordre des poses et encore moins le temps de pose.

fantômes1

fantômes2

fantômes3

fantômes4

fantômes5

fantômes6

fantômes7

fantômes8

fantômes9

fantômes10

fantômes11

fantômes12

fantômes13

fantômes14

Nous avons cherché à explorer la réversibilité du temps. Deux expériences ont été faites, d’abord nous avons filmé une personne qui joue une action à l’endroit puis la rejoue à l’envers (en vrai) ; en suite nous avons filmé une personne qui prononce un mot ou une frase à l’endroit puis à l’envers (toujours en vrai).

Escalier :

Marche – à l’endroit, à l’envers :

Marche – point de vue n°1 :

Marche – point de vue n°2 :

A VENIR(?)

– expérience image-son-durée : la parole, mélange de mouvement et de son.
Modification du mouvement et du son simultanée > invertion du temps.
Bonjour-Roujonb :

Enfin, nous avons réalisé une expérience virtuelle. Nous avons construit deux horloges. Dans la première nous pouvons lire l’heure, en revanche nous avons une rupture avec la circularité traditionnelle du temps, nous utilisons des droites à la place de cercles. Nous avons donc un temps linéaire et non pas circulaire. La seconde horloge consiste en un système circulaire où nous ne pouvons pas lire l’heure, la structure rappelle celle d’un labyrinthe, nous abordons donc la perte de l’heure, le non sens du temps et de relativité horaire.

Time

Time2

Une autre expérience que j’aurais voulu faire est de filmer en accéléré un jour au pôle nord, un jour au pôle sud, et un jour en ralenti à de différents parallèles sur le même méridien. Et de mettre côte à côte les écrans… Cela permettrait de mettre en évidence la relativité de définitions telles que la durée d’un jour, d’une heure, d’une année…

Apres toutes ces expériences, nous avons cherché à établir un pré-projet. Nous avions déjà plusieurs idées en tête, principalement avec de la vidéo. Nous avions aussi une idée de faire un sablier avec de la limaille de fer et des aimants qui ferraient remonter cette dernière, inversant ainsi le cours physique du temps. Mais le simple fait de remplacer le sable par du fer fait perdre le sens du sablier, de plus les contraintes techniques étaient trop importantes.

De plus nous ne devions pas nous limiter à des médiums comme la vidéo ou l’animation… Nous avons beaucoup parlé de sable. Les pistes de recherche devraient donc se baser autour du sable ? Pourquoi ne pas utiliser du sable à la place d’un pinceau ? Pourquoi ne pas simplement transformer la salle en sablier géant pour avoir un bain temporel ?

Permalink Leave a Comment

Hello world!

9 October 2007 at 10:25 am (First ones)

I guess this is the beginning of my first serious blog…

I am studying in the Ecole Supérieure d’Art d’Aix en Provence (in France). As of now, I am a second year student.In this blog,

I’ll be speaking about my work and a litle of my personal experience…

Since I don’t much like pre-built interfaces, I’ve decided to use the vanilla ice cream one…

So welcome to my brand new blog and I hope you’ll enjoy it…

Since my art academy’s main language is in French, I’ll write the English and French version of the text…

The reasons I’ve chosen beart as my blog’s name are the following: my name is Benoit Espinola and I like ART… But although because I like new media art, among theme internet art -this kind of art uses Binary codes- and Electronic ART… That makes Binary and Electronic ART… Therefore, let it be art… ; )

#############################

Je suppose que cela est le début de mon premier blog sérieux…

J’étudie à l’Ecole Supérieure d’Art d’Aix en Provence (en France).  Aujourd’hui je suis étudiant en seconde année.

Je parlerais, dans ce blog, de mon travail et un peu de mon expérience personnelle…

Puisque je n’aime pas les interfaces préconstruites, j’ai décidé d’utiliser l’interface bateau…

Soyez donc, bienvenus sur mon tout nouveau blog et j’espère que vous irez l’apprécier… 

Puisque je suis plus à l’aise avec l’anglais, j’ai décidé d’écrire en anglais et en français (d’autant plus que la langue officielle de mon école est le français…)Les raisons pour lesquelles j’ai choisi beart comme le nom de mon blog sont les suivantes : je m’appelle Benoit Espinola et j’aime l’ART…. j’aime l’art internet et des nouveaux médias, qui utilisent des codes Binaires, et l’ART Electronique… ce qui fait Binaire et Electronique ART (ça marche mieux en anglais, croyez moi)… Donc, let it be art :)

Permalink Leave a Comment